Famille

La famille est la cellule de base de toute société. Elle doit être au coeur des réflexions de tout Homme politique.

Il est ainsi normal que les associations familiales interpellent les candidats aux élections législatives pour avoir leur point de vue sur ce sujet sensible et c'est particulièrement à l'attention de l'Association Familiale Catholique de la Creuse que ce message s'adresse en réponse à l'interpellation qui m'a été faite sur ce sujet.

Catholique pratiquante moi-même - peut-être pas aussi assidûment que je le devrais -, je comprends certaines inquiétudes mais je veux tout d'abord, sans pour autant me faire le porte-parole du Gouvernement ! - expliquer les raisons à mon sens qui font que nous n'avons pas à ce jour de ministre ou secrétaire d'état en charge de la famille.

Rappelons tout d'abord que notre nouveau Président de la République a été élu quelques semaines seulement avant les élections législatives qui vont voir notre Assemblée Nationale renouvelée. Il serait inapproprié que le Gouvernement découlant de la nomination de M. Edouard Philippe comme 1er ministre soit définitif. Nous n'avons plus beaucoup à attendre ... et nous avons surtout à manifester notre volonté par nos votes.

Les députés qui seront définitivement élus le 18 juin auront été suffisamment sollicités et auront suffisamment rencontré de mouvements engagés dans tous domaines pour commencer à se faire une opinion sur ce qu'ils doivent aborder pour répondre aux problématiques soulignées par leurs électeurs. 

En ce qui me concerne, si je suis élue, et comme je l'ai écrit en préambule, je travaillerai pour que le rôle de la famille reprenne la place prépondérante qu'elle aurait toujours dû garder pour bâtir une société plus équilibrée ; les 7 thèmes sur lesquels vous nous amenez à réfléchir vont bien dans ce sens.

Préparons l'avenir des familles et des Français

avenir

Ethique et écologie de l'Homme

Globalement d'accord sur vos propos, je considère en effet que l'IVG est un échec qui génère un malaise et un mal-être, et ce de manière sournoise parce qu'elle reste un sujet tabou.

Alors oui, il faut relancer des mesures de prévention en accentuant, comme vous le soulignez ou le demandez, l'éducation des jeunes simultanément en matières sexuelle ET relationnelle/affective.

La fin de vie quant à elle est inexorable ... Je ne suis pas favorable à l'euthanasie organisée, je ne suis pas favorable au suicide assisté. La mort doit rester naturelle mais elle doit être accompagnée pour minimiser les souffrances tant de la personne qui la subit que de son entourage.

Alors, oui, si je suis élue, je mettrai toute ma force au service d'une véritable politique nationale de soins palliatifs. Il existe déjà des services hospitaliers qui peuvent servir d'exemple comme celui existant à l'hôpital de Périgueux. Y sont accueillis les malades dont on sait pertinemment qu'ils sont en bout de course. Il s'agit d'une petite structure où les familles disposent d'une chambre permettant par exemple à l'époux ou épouse de rester aux côtés de l'être cher qui s'en va ..., presque comme à la maison puisqu'il existe aussi une cuisine et un salon, lieux de rencontres et d'échanges entre personnes vivant le même drame. Le personnel hospitalier est formé à cet accompagnement et sait à la fois atténuer les souffrances et éviter l'acharnement thérapeutique. Ce sont des petites structures comme celle-ci qu'ont devrait retrouver dans tous les hôpitaux, notamment en milieu rural pour à la fois éviter des déplacements difficiles humainement et onéreux tout en générant de l'emploi local.

Famille durable

Améliorer la préparation à la conjugalité est une chose qui ne découle pas seulement du bon sens. Il faut "aimer les gens" pour savoir les marier !

Ce n'est pas une loi qui peut changer cela.

Lorsque j'étais maire en milieu rural, il était dit que j'étais l'alter ego du prêtre tant nos rôles étaient parallèles et complémentaires. Je n'ai jamais procédé à un mariage sans rencontrer auparavant les fiancés et sans aborder avec eux les problèmes de la vie ... Dans ma commune à ce moment-là, le mariage civil était devenu tout aussi important que le mariage religieux.

Ce n'est donc pas une loi qui est nécessaire mais bel et bien la formation des élus qui est en jeu. Le rôle de l'élu, son statut sont à mes yeux tout aussi importants que l'est la politique familiale.

Le maire en particulier est présent à toutes les étapes de la vie. Il enregistre les naissances et les décès et entretemps procède aux unions. Son rôle est partie intégrante de la politique familiale : le législateur doit lui donner les moyens de se former - essentiellement psychologiquement - à gérer les unions et les morts, la durabilité de la famille résidant aussi dans la gestion d'un caveau familial avec toutes les difficultés qu'elle engendre ... 

Quant à définir un principe de "précaution législative pour les thèmes de société non consensuels, cela doit être véritablement utile ... car je ne comprends personnellement pas ce qui est sous-tendu par cette formule !

Libérons les énergies

Poignée

Travail

S'il faut maintenir une journée commune de repos car c'est effectivement un facteur de cohésion familiale et sociale, je ne suis pas favorable pour autant à bloquer le travail du dimanche : certaines productions nécessitent un fonctionnement sans interruption, les activités saisonnières et/ou touristiques répondent à des besoins et que dire des services de santé, de sécurité voire de transport ou de restauration qui nécessitent également des plages horaires étendues ...

Le choix doit être véritablement laissé aux familles en fonction de leurs conditions de vie tout comme celui du congé parental qui doit être accessible à l'un ou l'autre des parents. L'autoriser jusqu'à 3 ans ne me paraît pas déraisonnable et je voterais une telle proposition.

Politique familiale

Oui, la politique familiale doit être inscrite sur la durée et l'imposition des foyers être fonction de leur composition.

Je ne suis pas sûre que re-universaliser les allocations familiales soit nécessaire mais peut-être que les arguments que vous m'exposerez éventuellement sauront me faire évoluer sur ce point.

Pacifions les débats de société

cb464d9284e131ba0c0e1e05961c24c4

Laïcité

La laïcité doit être re-affirmée dans son sens initial : chaque Homme a la liberté de "croire" ou "ne pas croire". Je ne suis pour ma part pas partisan de rappeler à tout moment l'importance des religions pour le lien social, la solidarité, la lutte contre l'exclusion et encore moins à l'école ou au collège à moins que les familles aient fait le choix d'inscrire leurs enfants dans des établissements dits religieux, établissements qui doivent cependant rester sous le contrôle de l'Etat, seul garant de leur intégrité morale.

C'est aux familles - qu'on aura mieux préparées, on l'a vu plus haut - de transmettre cette instruction à leurs enfants. C'est aux familles que revient dr former les jeunes à la tolérance et c'est par contre bien à l'Etat de stimuler le dialogue inter-religieux pour son apport à la paix civile.

Ecole, éducation et espérance

L'espérance découle d'une meilleure instruction qui doit revenir aux principes de base : apprendre à lire, à écrire, à compter et connaître son pays. Votre formule "enseigner à l'école 'le récit national'" répond tout à fait au besoin global de l'enfant pour s'insérer dans notre société.

Il y a là fort à faire et il semble que notre nouveau ministre de l'Education Nationale ait la volonté de prendre de telles orientations.

Ce n'est qu'en ayant des bases fortes liées à ce "récit national" que l'enfant découvrira d'autres cultures et pourra s'ouvrir sur le monde, condition essentielle aujourd'hui pour pérenniser un emploi.

C'est en milieu rural que les difficultés sont les plus grandes.

Si je suis élue député, je porterai toute mon énergie pour qu'en Creuse :

  • plus aucune école ne soit fermée ;
  • voire que certaines soient re-ouvertes.

Le président Macron a parlé de faire des efforts en matière scolaire dans des centres urbains en difficulté. Le législateur devra faire en sorte que ces principes s'appliquent au milieu rural. Tout doit être fait pour favoriser l'école en milieu rural car ce sont d'abord les parents et l'Instituteur qui donnent aux jeunes leurs bases de vie.

Il est impératif d'avoir sur ce sujet un positionnement fort : l'école dans le monde rural a une place particulière. Elle doit la conserver.

L'idée d'organiser des Etats Généraux de l'Education pour aboutir à un diagnostic très largement partagé me sied et il faut sans aucun doute donner de l'autonomie à tous les échelons de l'Education Nationale et de l'Enseignement supérieur.

Pour ce qui est des écoles primaires dont le rôle est primordial en milieu rural, il faudra - pour permettre leur maintien - accepter des classes multi-niveaux avec des professeurs des écoles spécifiquement formés pour ce faire. Les générations passées ont vécu ce système sans être traumatisées pour autant. Il vaut mieux à mon sens dans nos villages une école de proximité à niveaux multiples que pas d'école du tout ...

Pour ce qui est des écoles élémentaires de bourgs-centres ou villes, les Directeurs devront exercer à temps plein leur fonction et disposer d'un véritable rôle d'encadrement et d'organisation du temps scolaire.

Ce sont en tous ces idées que je défendrai si je suis élue votre député.