Radicalement pour la Creuse

dimanche 11 juin 2017

PR Liberté, égalité, fraternité

Le Parti Républicain Radical et Radical-Socialiste dit "Parti Radical Valoisien" est certes le plus ancien parti politique de France mais … il ne bénéficie pas de ressources exponentielles. Les règles électorales nécessitaient que nombre de ​ses adhérents au féminin soient candidat aux élections législatives pour éviter des amendes pour non respect de la parité.

J'avais été investie en juin 2016 par l'UDI sur présentation du Parti Radical pour affronter le député sortant (EELV-PS) sur la 2è circonscription de la Dordogne. Notre partenaire – Les Républicains – n'a pas jugé utile de laisser à l'UDI une ​seule circonscription sur les 4 que compte ce département, pas plus qu'il a incité ses candidats à s'adjoindre des suppléants de notre famille centriste. En Creuse, il a refusé la candidature UDI portée par Christelle Lapouge, membre comme moi du Parti Radical.

J'en ai pris acte et, soucieuse à la fois d'apporter ma part au fonctionnement de mon parti et de ne pas créer de difficultés supplémentaires à une campagne LR ayant démarré voire se déroulant dans des conditions internes conflictuelles en Dordogne comme en Creuse, j'ai pris la décision de déposer ma candidature à la sous-préfecture de Guéret, une candidature que j'ai dédiée à mon unique petit neveu qui y est né et qui y vit.

Engager une campagne électorale, libre et indépendante, sans aucun appui, dans un département ne disposant pas de véritable assise Parti Radical et/ou UDI n'était pas chose aisée. Les Creusois et Creusoises ​m'y ont réservé le meilleur accueil et je les en remercie bien sincèrement.

Radicalement pour la Creuse avec le PR

Le résultat est conforme à mes attentes. Il m'a permis de développer les valeurs centristes de l'UDI et plus particulièrement celles progressistes et humanistes recensées dans "La République au cœur", le manifeste 2017 du Parti Radical.

En marche pour un nouveau modèle
humaniste, laïc, social et européen.

Ma participation à cette élection des plus importantes pour notre démocratie ​permet d'envisager aujourd'hui la création d'une fédération du Parti Radical en Creuse pour convaincre et entraîner ​les Creusoises et Creusois vers cette marche pour un nouveau modèle humaniste, laïc, social et européen. Je suis à vos côtés pour ce faire.

Fidèle à mes valeurs de liberté, je ne ​donnerai aucune consigne de vote, les électeurs ayant été suffisamment informés au cours de cette campagne pour savoir où doivent se porter leurs suffrages. Pour ma part, j'ai toujours pensé qu'entre deux maux il faut choisir le moindre et que l'intérêt supérieur de la Nation passe toujours avant toute considération politicienne.

Je vote en Dordogne. Dimanche prochain, à Couze, village papetier en Périgord pourpre tout aussi charmant que nos beaux villages creusois et que je vous invite à découvrir, je déposerai ​dans l'urne un bulletin pour qu'Ensemble la France renoue avec la sérénité et le développement.

Delpon en marche

Posté par vdubeauvalade à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 9 juin 2017

Votez pour la République au coeur ! Dimanche, votez Dubeau-Valade.

Image1Membre actif du plus ancien parti politique français - le Parti Républicain Radical et Radical-Socialiste fondé en 1901 dit "Parti Radical Valoisien" -, je vous ai présenté ma candidature en femme libre.

La république au coeur

Pour autant, c'est parce que Jean-Louis Borloo en était à sa tête lorsqu'il a fondé l'UDI que j'ai rejoint ce parti qui a - il faut le dire - donné à la France 31 chefs de gouvernement, des centaines de ministres et secrétaires d'Etat, des miliers de députés et sénateurs.

Parti de valeurs et de convictions, le Parti Radical est à l’initiative des lois sur les associations et sur la laïcité dont il a célébré en 2005 le centenaire.

Il a toujours été présent lors des événements majeurs qui ont fait l’Histoire : en 14-18 avec Clémenceau, dans l’entre-deux guerres avec Herriot, lors de la décolonisation avec Mendès-France, au moment de la modernisation de la France dans les années 60 et 70.

Membre fondateur de l’UDF en 1978, il participe à tous les gouvernements de la droite républicaine (1986, 1993, 1995 et 2002). Il a officiellement accordé son soutien à la candidature de Jacques Chirac dès le premier tour des élections présidentielles en 2002.

Le Parti Radical a été  membre associé de l’UMP de novembre 2002 à mai 2011 ou son indépendance a été votée en Congrès à 93%.

Par son attachement aux valeurs humanistes et par sa méthode pragmatique, le Parti Radical a inspiré les grandes réalisations de la République tout au long de notre société.

Une nouvelle ère politique

En présentant ma candidature dédiée à un petit Creusois prénommé Léonard, c'est cette histoire que je vous apporte, ce sont mes valeurs républicaines, écologistes et sociales que je vous offre en partage.

Une nouvelle ère politique voit le jour avec l'arrivée d'un président de la République jeune et ... inexpérimenté qu'il conviendra de soutenir dans sa double volonté de redonner à la France le statut qu'elle mérite dans le monde et de la placer enfin au coeur du XXIè siècle.

Mais soutenir la France à travers M. Emmanuel Macron n'est pas lui donner un blanc seing. Bien au contraire ...

Ce serait lui nuire, nuire à notre nation que de lui donner une telle majorité qu'il n'y ait quasiment plus de force d'opposition.

Les candidats pour "La République en Marche" sont tous des femmes et des hommes de bonne volonté, sont tous des gens qui ont la citoyenneté chevillée au corps et à l'âme ... mais pour un grand nombre, ils sont inexpérimentés et le Président lui-même semble appréhender un trop fort pourcentage de députés dans l'incapacité d'être immédiatement efficaces et de ne pas forcément savoir agir dans le collectif.

Une multitude de candidatures a vu le jour un peu partout. C'est là signe d'une grande et belle démocratie et on ne peut que féliciter tous ceux et celles qui osent représenter des mouvements dont l'Etat ne permet pas aujourd'hui la reconnaissance puisque ne leur donnant pas le même temps de parole pour s'exprimer que les dits "grands partis".

Ce phénomène montre en tous cas combien les Françaises et les Français sont las de voir les mêmes partis avec leurs mêmes méthodes datées s'entredéchirer autour du pouvoir au détriment de l'intérêt de la Nation. Le Parti Socialiste et Les Républicains ne génèrent plus d'espoir ...

Alors apparaissent le Front National et la France Insoumise avec :

  • pour le premier des idées d'un autre temps,
  • et des contradictions, pour l'autre qui présente des candidats pour voter des lois et contrôler le gouvernement alors que leur simple nom affiche par avance leur refus de se soumettre aux lois de la République !

L'un comme l'autre font des propositions dont la concrétisation aurait pour seul résultat d'affaiblir notre pays.

Une femme d'expérience et pragmatique

Au centre de tout cela ..., une femme engagée depuis longtemps en politique vous propose à la fois son indépendance - gage de force de caractère - et son expérience d'élue de terrain, d'élue de la ruralité.

Je ne vous ai pas promis et ne vous promettrai jamais la lune !

Je ne vous propose que mon bon sens pour vous défendre, pour défendre vos intérêts, pour défendre ceux de la Creuse mais surtout pour profiter de mon mandat de député pour valoriser ce somptueux département qui a tout l'avenir devant lui.

Vous m'avez interrogée. Je vous ai répondu. Vous connaissez maintenant mon sens des valeurs.

Je ne vous dirai pas que "moi député, je serai un député normal" (!!!), mais en fait c'est pourtant cela que je vous propose : être votre représentant, être le représentant de Creusois de bon sens qui savent dire quand les choses vont bien et qui se battent pour que les choses aillent mieux quand elles déraillent !

Alors, dimanche ...
votez pour la parité.
Votez pour le bon sens.
Votez pour vous.
Votez Dubeau-Valade !
Vous ne le regretterez pas.

Posté par vdubeauvalade à 23:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Construisons ensemble une république sociale !

Prospectus recto

Posté par vdubeauvalade à 03:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La politique familiale

Famille

La famille est la cellule de base de toute société. Elle doit être au coeur des réflexions de tout Homme politique.

Il est ainsi normal que les associations familiales interpellent les candidats aux élections législatives pour avoir leur point de vue sur ce sujet sensible et c'est particulièrement à l'attention de l'Association Familiale Catholique de la Creuse que ce message s'adresse en réponse à l'interpellation qui m'a été faite sur ce sujet.

Catholique pratiquante moi-même - peut-être pas aussi assidûment que je le devrais -, je comprends certaines inquiétudes mais je veux tout d'abord, sans pour autant me faire le porte-parole du Gouvernement ! - expliquer les raisons à mon sens qui font que nous n'avons pas à ce jour de ministre ou secrétaire d'état en charge de la famille.

Rappelons tout d'abord que notre nouveau Président de la République a été élu quelques semaines seulement avant les élections législatives qui vont voir notre Assemblée Nationale renouvelée. Il serait inapproprié que le Gouvernement découlant de la nomination de M. Edouard Philippe comme 1er ministre soit définitif. Nous n'avons plus beaucoup à attendre ... et nous avons surtout à manifester notre volonté par nos votes.

Les députés qui seront définitivement élus le 18 juin auront été suffisamment sollicités et auront suffisamment rencontré de mouvements engagés dans tous domaines pour commencer à se faire une opinion sur ce qu'ils doivent aborder pour répondre aux problématiques soulignées par leurs électeurs. 

En ce qui me concerne, si je suis élue, et comme je l'ai écrit en préambule, je travaillerai pour que le rôle de la famille reprenne la place prépondérante qu'elle aurait toujours dû garder pour bâtir une société plus équilibrée ; les 7 thèmes sur lesquels vous nous amenez à réfléchir vont bien dans ce sens.

Préparons l'avenir des familles et des Français

avenir

Ethique et écologie de l'Homme

Globalement d'accord sur vos propos, je considère en effet que l'IVG est un échec qui génère un malaise et un mal-être, et ce de manière sournoise parce qu'elle reste un sujet tabou.

Alors oui, il faut relancer des mesures de prévention en accentuant, comme vous le soulignez ou le demandez, l'éducation des jeunes simultanément en matières sexuelle ET relationnelle/affective.

La fin de vie quant à elle est inexorable ... Je ne suis pas favorable à l'euthanasie organisée, je ne suis pas favorable au suicide assisté. La mort doit rester naturelle mais elle doit être accompagnée pour minimiser les souffrances tant de la personne qui la subit que de son entourage.

Alors, oui, si je suis élue, je mettrai toute ma force au service d'une véritable politique nationale de soins palliatifs. Il existe déjà des services hospitaliers qui peuvent servir d'exemple comme celui existant à l'hôpital de Périgueux. Y sont accueillis les malades dont on sait pertinemment qu'ils sont en bout de course. Il s'agit d'une petite structure où les familles disposent d'une chambre permettant par exemple à l'époux ou épouse de rester aux côtés de l'être cher qui s'en va ..., presque comme à la maison puisqu'il existe aussi une cuisine et un salon, lieux de rencontres et d'échanges entre personnes vivant le même drame. Le personnel hospitalier est formé à cet accompagnement et sait à la fois atténuer les souffrances et éviter l'acharnement thérapeutique. Ce sont des petites structures comme celle-ci qu'ont devrait retrouver dans tous les hôpitaux, notamment en milieu rural pour à la fois éviter des déplacements difficiles humainement et onéreux tout en générant de l'emploi local.

Famille durable

Améliorer la préparation à la conjugalité est une chose qui ne découle pas seulement du bon sens. Il faut "aimer les gens" pour savoir les marier !

Ce n'est pas une loi qui peut changer cela.

Lorsque j'étais maire en milieu rural, il était dit que j'étais l'alter ego du prêtre tant nos rôles étaient parallèles et complémentaires. Je n'ai jamais procédé à un mariage sans rencontrer auparavant les fiancés et sans aborder avec eux les problèmes de la vie ... Dans ma commune à ce moment-là, le mariage civil était devenu tout aussi important que le mariage religieux.

Ce n'est donc pas une loi qui est nécessaire mais bel et bien la formation des élus qui est en jeu. Le rôle de l'élu, son statut sont à mes yeux tout aussi importants que l'est la politique familiale.

Le maire en particulier est présent à toutes les étapes de la vie. Il enregistre les naissances et les décès et entretemps procède aux unions. Son rôle est partie intégrante de la politique familiale : le législateur doit lui donner les moyens de se former - essentiellement psychologiquement - à gérer les unions et les morts, la durabilité de la famille résidant aussi dans la gestion d'un caveau familial avec toutes les difficultés qu'elle engendre ... 

Quant à définir un principe de "précaution législative pour les thèmes de société non consensuels, cela doit être véritablement utile ... car je ne comprends personnellement pas ce qui est sous-tendu par cette formule !

Libérons les énergies

Poignée

Travail

S'il faut maintenir une journée commune de repos car c'est effectivement un facteur de cohésion familiale et sociale, je ne suis pas favorable pour autant à bloquer le travail du dimanche : certaines productions nécessitent un fonctionnement sans interruption, les activités saisonnières et/ou touristiques répondent à des besoins et que dire des services de santé, de sécurité voire de transport ou de restauration qui nécessitent également des plages horaires étendues ...

Le choix doit être véritablement laissé aux familles en fonction de leurs conditions de vie tout comme celui du congé parental qui doit être accessible à l'un ou l'autre des parents. L'autoriser jusqu'à 3 ans ne me paraît pas déraisonnable et je voterais une telle proposition.

Politique familiale

Oui, la politique familiale doit être inscrite sur la durée et l'imposition des foyers être fonction de leur composition.

Je ne suis pas sûre que re-universaliser les allocations familiales soit nécessaire mais peut-être que les arguments que vous m'exposerez éventuellement sauront me faire évoluer sur ce point.

Pacifions les débats de société

cb464d9284e131ba0c0e1e05961c24c4

Laïcité

La laïcité doit être re-affirmée dans son sens initial : chaque Homme a la liberté de "croire" ou "ne pas croire". Je ne suis pour ma part pas partisan de rappeler à tout moment l'importance des religions pour le lien social, la solidarité, la lutte contre l'exclusion et encore moins à l'école ou au collège à moins que les familles aient fait le choix d'inscrire leurs enfants dans des établissements dits religieux, établissements qui doivent cependant rester sous le contrôle de l'Etat, seul garant de leur intégrité morale.

C'est aux familles - qu'on aura mieux préparées, on l'a vu plus haut - de transmettre cette instruction à leurs enfants. C'est aux familles que revient dr former les jeunes à la tolérance et c'est par contre bien à l'Etat de stimuler le dialogue inter-religieux pour son apport à la paix civile.

Ecole, éducation et espérance

L'espérance découle d'une meilleure instruction qui doit revenir aux principes de base : apprendre à lire, à écrire, à compter et connaître son pays. Votre formule "enseigner à l'école 'le récit national'" répond tout à fait au besoin global de l'enfant pour s'insérer dans notre société.

Il y a là fort à faire et il semble que notre nouveau ministre de l'Education Nationale ait la volonté de prendre de telles orientations.

Ce n'est qu'en ayant des bases fortes liées à ce "récit national" que l'enfant découvrira d'autres cultures et pourra s'ouvrir sur le monde, condition essentielle aujourd'hui pour pérenniser un emploi.

C'est en milieu rural que les difficultés sont les plus grandes.

Si je suis élue député, je porterai toute mon énergie pour qu'en Creuse :

  • plus aucune école ne soit fermée ;
  • voire que certaines soient re-ouvertes.

Le président Macron a parlé de faire des efforts en matière scolaire dans des centres urbains en difficulté. Le législateur devra faire en sorte que ces principes s'appliquent au milieu rural. Tout doit être fait pour favoriser l'école en milieu rural car ce sont d'abord les parents et l'Instituteur qui donnent aux jeunes leurs bases de vie.

Il est impératif d'avoir sur ce sujet un positionnement fort : l'école dans le monde rural a une place particulière. Elle doit la conserver.

L'idée d'organiser des Etats Généraux de l'Education pour aboutir à un diagnostic très largement partagé me sied et il faut sans aucun doute donner de l'autonomie à tous les échelons de l'Education Nationale et de l'Enseignement supérieur.

Pour ce qui est des écoles primaires dont le rôle est primordial en milieu rural, il faudra - pour permettre leur maintien - accepter des classes multi-niveaux avec des professeurs des écoles spécifiquement formés pour ce faire. Les générations passées ont vécu ce système sans être traumatisées pour autant. Il vaut mieux à mon sens dans nos villages une école de proximité à niveaux multiples que pas d'école du tout ...

Pour ce qui est des écoles élémentaires de bourgs-centres ou villes, les Directeurs devront exercer à temps plein leur fonction et disposer d'un véritable rôle d'encadrement et d'organisation du temps scolaire.

Ce sont en tous ces idées que je défendrai si je suis élue votre député.

Posté par vdubeauvalade à 03:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les cérémonies commémoratives sont un devoir

Jean Coulaud et les enfantsElles ont pour objectif de dire toujours et encore notre reconnaissance à tous ceux qui luttent pour notre nation, pour nos libertés, pour notre sécurité et de s'associer à la peine des familles qui ont perdu un des leurs au combat ou en opération extérieur.

C'est dans cet exercice de mémoire que nous devons associer les jeunes générations pour qu'elles portent désormais le flambeau comme c'était le cas cet après-midi lors d'une manifestation organisée par le Souvenir Français et comme je le faisais moi-même alors maire de Couze et Saint-Front où les enfants, en accord avec les anciens combattants, lisaient un texte qu'ils avaient préalablement étudié avec leurs enseignants à l'école. C'était ensuite la remise de gerbe en ma compagnie et nous entamions ensuite ensemble "La Marseillaise".

Aujourd'hui, c'était la remise de la médaille militaire à un ancien combattant d'Indochine, M. Jean Couleaud à qui était également remis par Frédéric Gontier, président du Souvenir Français - Bergerac un tableau présentant l'ensemble des médailles qui lui ont été conférées au cours de son engagement militaire.

BSE_7925 2017_06_08 BSE_7919 2017_06_08

 (Photographies : Daniel Blaise)

Demain, à l'invitation de Monsieur Daniel Garrigue, maire et sous la présidence de Madame la Sous-préfète de Bergerac, en présence de Madame la Directrice de l'ONAC-VG, je participerai aussi à la commémoration du 75ème anniversaire de la création de l'escadron Normandie-Niemen où M. le Colonel Michel Hadj, directeur national du Souvenir Français accueillera mon mari dans l'association qu'il dirige.

Je regrette de ne pas avoir pu être invitée à participer à ce type de commémorations en Creuse car j'y aurais été présente avec le plus grand respect.

Ce préalable me permet ainsi de répondre au questionnaire que m'a adressé, comme à tous les autres candidats aux élections législatives dans notre circonscription, le président de l'Union Nationale des Combattants de la Creuse qui "promeut, depuis bientôt un siècle, les valeurs fondamentales de notre République et défend les droits à réparation et à reconnaissance de ceux qui ont pris les armes au nom de la France."

Certaines questions nécessitant une connaissance technique que je n'ai pas à ce jour mais sur lesquelles je ne manquerai pas de me pencher avec le plus grand sérieux si je suis élue, je répond à ce questionnaire plutôt de manière générale mais de manière suffisamment précise pour que mon intérêt pour la cause des anciens combattants et de leurs veufs ou veuves.

La qualité de combattant

carte-combattant

Il va de soi que tous ceux qui ont protégé ou protègent aujourd'hui la population, les armes de guerre à la main, en France ou en opérations extérieures, sont des combattants à part entière et en méritent le titre.

Pour autant, si ce titre vaut pension, le législateur doit être attentif à l'évolution des formes de combat et particulièrement à celui que nous menons actuellement contre l'Etat Islamique.

Certes, les militaires de l'opération Sentinelle sont des combattants au sens où ils nous protègent l'arme à la main mais tous ne sont pas ou ne seront pas confrontés concrètement à l'ennemi et on ne peut que s'en féliciter.

Le législateur devrait alors préciser que seuls les combattants ayant été réellement confrontés à l'ennemi puissent bénéficier des avantages financiers liés à la carte de combattant.

La qualité de veuf/veuve ou orphelin(e) de guerre

Un soldat mort au combat ou en opération laisse parfois un veuf ou une veuve et/ou des enfants qui parfois se retrouvent dans des situations devenues précaires par le fait du décès du combattant.

Il est équitable que tous bénéficient des mêmes droits, y compris les veufs/veuves et orphelin(e)s de combattants morts non pas au combat mais en captivité, quelle que soit l'origine du conflit à la condition que ce conflit ait été engagé ou subi par l'Etat français.

La question financière reste cependant une responsabilité à part entière qu'il convient de traiter à la fois avec humanité mais également avec le sens des deniers de l'Etat.

La guerre d'Algérie

guerre d'Algérie

Le "cessez-le-feu" qui a été promulgué le 19 mars 1962 n'a pas marqué la fin de la guerre d'Algérie et sa commémoration a généré des conflits auxquels, je ne veux pas, pour ma part participer.

Les combattants ou leurs familles qui commémorent la guerre d'Algérie le 19 mars ou le 5 décembre sont tous des combattants et victimes de guerre. Ainsi quelles que soient leurs affinités, ils méritent tous notre respect.

C'est la raison pour laquelle, si je suis élue, je ne solliciterai ni l'abrogation de l'une, ni l'abrogation de l'autre au profit soit de l'autre ou de l'une, soit d'une tierce date.

Maire, j'organisais et présidais 2 cérémonies à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc le 19 mars et le 5 décembre.

J'ai été sollicitée pour créer une rue du 19 mars et je l'ai fait.

La plaque porte le nom de : 'Rue du 19 mars 1962, date du "cessez le feu" en Algérie'.

L'inauguration s'est faite en présence de nombreuses personnalités et mon discours n'a pas manqué de rappeler que le 19 mars était fêté de l'autre côté de la Méditerranée comme "fête de la victoire". Cette coïncidence de dates doit permettre de comprendre que certains puissent être chagrinés de commémorer une date considérée comme victoire par l'ennemi d'alors.

Alors, n'ajoutons pas une nouvelle guerre à celles qui existent malheureusement déjà :

  • non, par respect pour tous ceux, civils et militaires qui sont morts ou ont été profondément meurtris à l'occasion de la guerre d'Algérie, je ne soutiendrai pas l'abrogation de la loi relative à la reconnaissance du 19 mars comme journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc bien que je partage votre avis qu'il s'agit là d'une loi mémorielle de circonstance n'ayant aucun fondement historique sinon un cessez-le-feu non observé ;
  • non, je n'accroîtrai pas le traumatisme encore à vif sur une grande partie de notre population.
  • oui, je respecterai le choix des uns pour le 19 mars et des autres pour le 5 décembre par respect pour tous les combattants et victimes de la Guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc
  • et oui, bien sûr, je suis prêt à promouvoir toute action de mémoire partagée où chacun assume ses zones d'ombre en vue d'une réconciliation des deux côtés de la Méditerranée

Posté par vdubeauvalade à 01:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Radio Pays de Guéret

... c'était mardi et j'avais oublié de vous l'annoncer !

18920373_1350350538335496_2127924884412851467_n

A défaut de pouvoir m'écouter pendant 10 ' 17 ''..., lisez-moi et suivez-moi sur Facebook !

 

Posté par vdubeauvalade à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 8 juin 2017

Le coût d'une campagne électorale ...

 

La Montagne 170608

Tous les candidats quel que soit leur score, se verront rembourser les affiches destinées aux panneaux électoraux , les tracts officiels et les bulletins.

En dépit de cette assurance, Véronique Dubeau-Valade, candidate indépendante (étiquette Républicains sociaux), a choisi d'être réaliste. Véronique Dubeau-Valade a déjà une expérience d'élue ( adjointe à Brive-la-Gaillarde et maire d'une commune de Dordogne) : « Je n'ai pas réalisé d'affiches car cela aurait été une dépense inutile. Seule, je n'ai pas de réseau militant pour les coller. J'imprime moi-même au fil de la campagne des prospectus que je distribue au fur et à mesure de mes rencontres et je prends en charge la totalité de mes frais de déplacement ». Qui ne sont d'ailleurs pas négligeables car cette candidate réside près de Bergerac.

Heureusement, il y a les réseaux sociaux : à l'aise avec cette forme de communication, Véronique Dubeau-Valade, 66 ans, a créé un compte Facebook et un blog dédiés à sa campagne en Creuse, où elle peut développer ses arguments, pour pas un rond, ou presque.

Législatives - Une candidate écologiste de la Creuse n'a pu investir que 13 euros dans sa campagne

Il n'y a pas que les "notables" qui peuvent faire de la politique. Cécile Pinault vit avec le RSA mais elle a décidé que ses soucis matériels ne devaient pas l'empêcher de défendre ses idées. Comment les "petits candidats" peuvent-ils se faire connaître dans une vaste circonscription comme celle de la Creuse ?

http://www.lamontagne.fr

Posté par vdubeauvalade à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pour une république sociale ...

Prospectus verso

Posté par vdubeauvalade à 23:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 7 juin 2017

Le Ministère de l'Intérieur communique ...

Ministère de l'Intérieur

Prospectus recto

Prospectus verso

Posté par vdubeauvalade à 23:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 6 juin 2017

Services publics en milieu rural

Gare_saint_sebastien

Parmi les nombreuses interpellations qui sont faites aux candidats aux élections législatives figure celle du Comité de Défense de la Gare de Saint-Sébastien et autres Services Publics, consultable en cliquant ici.

Outre le problème propre à Saint-Sébastien, les auteurs de ce questionnaire posent de manière plus générale la question des services publics en France, et particulièrement dans le monde rural.

Tarifs des services publics

services publicsL'association fait état d'une augmentation de 60 % en 10 ans d'un tarif Paris > Saint-Sébastien et de 900 % sur la même période pour le tarif appliqué aux associations par la Banque Postale. Je n'irai pas les contredire, persuadée qu'ils ont correctement établi leurs comparaisons mais je ne commenterai pas ces augmentations particulières.

S'il est certes raisonnable de tenir compte de l'évolution des coûts pour assurer la rentabilité d'une entreprise qu'elle soit publique ou privée, il n'est pas rare d'observer des dérapages plus particulièrement dans le public. Je me suis souvent posée la question : est-ce par manque d'aptitude à gérer des considérations commerciales ou est-ce une politique délibérée pour détruire progressivement tel ou tel service ... "en douceur" ...?

Ce n'est en tous cas pas acceptable ni en termes économiques, ni en termes sociaux. Alors, OUI, si je suis élue, je m'engage à faire en sorte que :

  • les tarifs des transports propres (train, métro ...) soient contrôlés et encadrés ;
  • la gestion commerciale des "petites gares" soit adaptée au fait qu'elles représentent un service public de proximité et que les tarifs les concernant soient particulièrement attractifs pour inciter les citoyens à en profiter ;
  • la Banque Postale offre un service réel dans le monde rural avec une véritable présence sur le terrain justifiant des tarifs équitables.

Signet_Fernverkehr_VBB

Les dessertes

L'association constate que le chiffre d'affaires de la SNCF sur le secteur avait augmenté de 37 % en 9 ans lorsque la gare disposait de dessertes fonctionnelles et que le chiffre avait baissé suite à leurs suppressions.

C'est une vérité de Lapalisse que de dire qu'on perd du chiffre d'affaires quand on limite une activité. C'est une autre vérité de Lapalisse de dire que, quand on limite une activité, on en limite aussi son fonctionnement au travers des suppressions de poste.

Il y a donc là un double enjeu, à la fois économique et social.

Alors, OUI, il faut tout faire pour remettre en fonction les dessertes intercités à Saint-Sébastien le vendredi et le dimanche mais au-delà, il faut remettre sur les rails une véritable politique de transport local avec la Région qui soit véritablement tournée vers le social plutôt que vers la course au profit : le développement de l'emploi passe aussi par la mobilité. Encore faut-il qu'elle soit possible, notamment pour les jeunes.

panneaubretigny

La catastrophe de Brétigny

Tout un chacun ne peut qu'afficher sa solidarité avec les victimes de ce terrible accident.

Pour autant, sans mettre en doute les affirmations de l'association, il me semble difficile pour quelqu'un qui n'a pas étudié ce dossier dans sa complexité, d'émettre un avis sérieux.

Je ne jugerai donc pas la gestion de cette catastrophe par l'Etat et encore moins par la Justice.

Il me semble par contre que la gestion par la SNCF n'a pas été à la hauteur de ce qu'elle aurait dû être. Il semble effectivement que l'entreprise a failli en matière d'entretien, mettant ainsi la vie d'autrui en danger pour des questions économiques. Ceci n'est pas acceptable de la part d'une entreprise contrôlée par l'Etat.

Et cela prouve une fois de plus que le service public est abandonné au profit "du profit" ce que je combats ardemment.

La remise à niveau des lignes classiques

Constatant que l'entretien du réseau classique est négligé depuis 30 ans au profit du "tout TGV", l'association sollicite les candidats pour connaître les moyens qu'ils proposent pour la remise à niveau des lignes classiques et de la ligne POLT en particulier.

Il serait bien présompteux de répondre précisément tant il s'agit là d'un dossier éminement technique. Il s'agit donc plus d'afficher une volonté politique que de rentre dans le détail de mesures qui ne pourraient qu'être fantaisistes.

Alors, OUI, j'ai une véritable et farouche volonté de faire pression sur la SNCF pour qu'elle équilibre ses budgets et, plutôt que de dépenser dans des campagnes de marketing inouïes autour de ce qu'elle ne veut plus appeler TGV mais InOui, qu'elle se consacre à l'essentiel : assurer la sécurité de ses lignes, de toutes ses lignes et, concernant la Creuse, que la ligne POLT redevienne ce qu'elle était des dizaines d'années en arrière à savoir une ligne moderne et utile.

messageur-accessibilite-sourd-offre-guichet

Le maintien des guichets dans les gares et des services publics

L'Etat ne peut pas à la fois dire qu'il encourage l'emploi et en détruire autant dans le monde rural avec une double peine, celle d'isoler de plus en plus les citoyens éloignés des centres urbains.

La notion d'écologie, la notion de développement durable passe par un équilibre entre l'économie et le social.

Outre le fait qu'il n'est pas normal que la SNCF remette en cause unilatéralement des éléments contractuels de la convention TER, il est de manière plus générale pas normal que l'Etat ne fasse pas respecter ses engagements au service du citoyen.

Le rôle du député est de contrôler l'action du gouvernement. Il convient donc qu'il conteste ici la manière dont cette convention est appliquée et propose, après analyse collective, la meilleure des solutions pour contraindre la SNCF à respecter sa signature.

La fermeture des services publics en milieu rural réside dans les différentes réformes territoriales qui se succèdent et isolent de plus en plus "la campagne" au profit de "la ville".

Les fusions de communes, l'élargissement des communautés de communes, la fusion de syndicats mixtes intercommunaux sont autant de coups portés à la ruralité et aux services publics qu'on regroupe en un seul lieu, généralement peu central et beaucoup éloigné "des gens" ...

Il faut impérativement revenir au bon sens des années passées :

  • présence humaine dans toutes les gares assurant un emploi, la sécurité, le lien social ... ;
  • mise en place de "maisons des services" - même petites - regroupant différentes fonctions (relais postal avec accès aux services financiers par le biais d'une permanence régulière ou ponctuelle, permanences régulières de représentants des organismes financiers, sociaux ou juridiques - assistantes sociales, conciliateur de justice, siège social des associations locales, bibliothèque-médiathèque, ...) dans toutes les communes rurales disposant d'activités économiques reconnues et multiples venant ainsi en complémentarité des activités privées locales.
  • des maisons pluridisciplinaires de santé certes mais à condition qu'elles soient vraiment pluridisciplinaires et qu'elles ne se limitent pas au seul médecin généralites. Installées en général dans les chefs-lieux de canton, elles doivent impérativement offrir une offre de soins la plus complète possible avec des spécialistes ad hoc. Le rôle du député est de trouver les moyens par la loi de rendre attractive l'installation en zone rurale.

Ces mesures génèrent de la richesse par l'emploi, assurent du développement économique et créent du lien social.

Certes les services publics peuvent ne pas se présenter sous leur forme initiale mais il est impératif de les faire revenir en zone rurale. Le député élu en juin 2017 sur la circonscription de la Creuse devra en faire son principal moteur d'action.

FocusGroup

Le dialogue

La charte du Service Public, signée par l'Etat prévoit notamment "que toute réorganisation se traduise par une amélioration dans la qualité des services rendus aux collectivités ou à la population" et de "faire procéder toute réorganisation ou création d'une véritable concertation, animée par le préfet, avec les élus, les opérateurs de service public et les usages".

Il est clair et démontré que cette charte n'est pas suffisamment appliquée et que le manque de dialogue est patent entre élus et professionnels ou citoyens concernés.

Cela a été notamment prouvé lors d'une rencontre entre l'Association des Maires de France et les jeunes médecins en mai à Paris. Ceux-ci ont en effet " regretté que les élus ne soient pas plus étroitement associés aux décisions locales impactant les territoires."

Le député - outre son rôle de législateur et contrôleur de l'action du gouvernement - est de faire le lien entre son territoire et l'Etat. A ce titre, c'est à lui que revient - en lien étroit avec le Préfet - d'animer et faire le lien entre tous les acteurs concernés de la Creuse pour qu'un véritable dialogue s'instaure au travers de réunions régulières avec les organismes concernés.

De la discussion jaillit la lumière. Je m'engage, si je suis élue, à établir ce dialogue permettant de trouver les justes mesures pour recréer de véritables services publics disposant de moyens humains et modernisés au profit du citoyen, lui apportant en milieu rural les mêmes services que ceux dont disposent les urbains. C'est d'abord et avant tout une question de bon sens.

Peut-être n'est-il pas nécessaire d'inscrire la Charte du Service Public dans une loi qui est contraignante alors qu'une Charte est plus évolutive. Le député doit par contre contrôler qu'elle soit appliquée et des mesures fermes doivent être trouvées pour en faire appliquer les termes, comme pour obliger les entreprises publiques à répondre aux élus.

J'ai moi-même été confrontée à des "oublis" de la Poste de répondre ... Je n'ai pas cédé et ai obtenu gain de cause. Les élus doivent être respectés par la SNCF, La Poste et tout autre organisme dépendant peu ou prou de l'Etat. Le député, par son pouvoir de contrôle, peut rappeler à l'ordre ces entreprises publiques ... et encourager ses collègues élus locaux à insister jusqu'à obtenir réponse satisfaisante. C'est l'intérêt du citoyen qu'ils défendent ...

runner-305292_960_720

La concurrence

Je ne suis pas opposée à la concurrence sous réserve qu'elle ne soit pas "sauvage". La concurrence est stimulante sous réserve qu'elle soit appliquée de manière raisonnable.

Quand ce n'est pas le cas - et on le voit pour ce qu'on appelle "les cars Macron" où la concurrence s'est avérée "sauvage" -, l'échec arrive vite.

J'aurais quant à moi préféré que le train reste le moyen de transport privilégié sur les grandes lignes comme sur les lignes régionales à condition comme on l'a vu ci-avant de prévoir aussi des arrêts plus nombreux à certains horaires,  et que le transport par car soit favorisé là où le train n'existe pas ... c'est-à-dire en milieu rural.

Au milieu du XXè siècle, des lignes de car relayaient les villages aux chefs-lieu de canton permettant aux populations qui n'étaient pas motorisées de pouvoir se déplacer aisément. La crise économique qui perdure, le vieillissement de la population, l'installation de néo-ruraux en campagne pour leur retraite ... voient arriver des populations n'ayant pas la possibilité de se déplacer, ne serait-ce que pour aller se faire soigner dans les maisons de santé.

Proposition

Mes propositions

Elles apparaissent dans mes réponses :

  • l'aménagement du territoire passe par le développement des services publics et pas seulement ferroviaires ;
  • installation de maisons de services plus nombreuses et "ouvertes" sur un véritable bouquet de services (postal, financier, juridique, social, associatif ...) - ça marche, je l'ai expérimenté dans un village de 775 habitants dont j'étais le maire ; c'est au moins un emploi à temps partiel qui peut être complété par un ou deux volontaires du service civique à qui on permet ainsi de faire ses premiers pas dans la vie professionnelle. Ca marche aussi, ça facilite l'accès à l'emploi pour des jeunes, je l'ai expérimenté.
  • une politique incitative pour la venue de médecins généralistes et spécialistes en milieu rural avec, pourquoi pas, une formation rémunérée contre la garantie d'une installation en milieu rural et son maintien pendant une durée déterminée ;
  • l'installation de médecins libéraux dans les "petites communes" associée à la mutualisation d'un secrétariat, d'un local commun où partager ses expériences et ses permanences de nuit et/ou week-end et de l'équipement nécessaire à la télé-médecine ;
  • un réseau de communications terrestres dense et diversifié : des grandes lignes ou lignes régionales avec des arrêts plus nombreux et plus proches des nécessités des populations à certains jours et/ou heures de la journée, des cars en campagne pour relier les villages aux villes centre.

Le premier des moyens pour mettre en oeuvre ces propositions est la volonté politique.

Le second est le bon sens.

Le troisième, nerf de la guerre, est l'argent. Relancer l'emploi par la présence humaine dans les services publics génère :

  • des économies (baisse du chômage, sécurité des lieux mieux assurée, etc. ...)
  • et des richesses (un salaire encourage la consommation, un service public fait revenir des populations en milieu rural, un territoire qui vit génère des impôts et taxes pour financer le service public ...) ;
  • des recettes car les citoyens peuvent être amenés à payer des services particuliers.

Il me reviendra en tant que député porteur de ces projets de les chiffrer précisément, de convaincre de leur intérêt et à l'Assemblée Nationale d'arbitrer.

Posté par vdubeauvalade à 02:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]